Poésies de notre enfance

Le chanteur Grégoire a mis en musique des poèmes enseignés à l’école. Les titres de cet album sont mis gratuitement à la disposition des enseignants sur ce site de l’Éducation nationale.

Grégoire est dans la classe
par Dane de l’académie de Versailles

Présentation du projet

« Poésies de notre enfance » est un album pour que ces mots sur le papier deviennent des mots que l’on raconte…

Grégoire

Découvrir le projet

Les poésies

  • Le lièvre et la tortue

    , par Jean de la Fontaine

    Rien ne sert de courir ; il faut partir à point. Le Lièvre et la Tortue en sont un témoignage. Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point Sitôt que moi ce but. - Sitôt ? Etes-vous sage ? Repartit l’animal léger. Ma commère, il vous faut purger Avec quatre grains d’ellébore.
    Sage ou non, je (...)

  • Le cartable rêveur

    , par Carl Norac

    Avec l’autorisation de Carl Norac Pendant que tu étais Sur la plage, cet été, Ou bien dans la forêt, As tu imaginé Que ton cartable rêvait ? Il rêvait d’avaler Des crayons, des cahiers, Puis d’aller comme on vole, Sur le chemin de l’école.

  • Le lion et le rat

    , par Jean de la Fontaine

    Entre les pattes d’un Lion Un Rat sortit de terre assez à l’étourdie. Le Roi des animaux, en cette occasion, Montra ce qu’il était, et lui donna la vie. Ce bienfait ne fut pas perdu. Quelqu’un aurait-il jamais cru Qu’un Lion d’un Rat eût affaire ? Cependant il advint qu’au sortir des forêts Ce Lion fut (...)

  • Litanie des écoliers

    , par Maurice Carême

    Le poème « Litanie des écoliers » de Maurice Carême est issu du recueil Pigeon Vole. Avec l’aimable autorisation de la ©Fondation Maurice Carême. Saint Anatole, Que légers soient les jours d’école ! Saint Amalfait, Ah ! que nos devoirs soient bien faits ! Sainte Cordule, N’oubliez ni point ni virgule. (...)

  • Lorsque ma sœur et moi

    , par Théodore de Banville

    Lorsque ma soeur et moi, dans les forêts profondes, Nous avions déchiré nos pieds sur les cailloux, En nous baisant au front tu nous appelais fous, Après avoir maudit nos courses vagabondes. Puis, comme un vent d’été confond les fraîches ondes De deux petits ruisseaux sur un lit calme et doux, (...)

Pochette de l'album de Grégoire

Partager cette page

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)